Aikiken

Dans notre école, l’apprentissage des armes n’est pas réservé aux seuls anciens, mais commence dès le début de la pratique.

L’apprentissage des armes développe la précision et la vigilance et permet de travailler dans des espaces et des temps différents de ceux de l’aiki tai (pratique à mains nues).

Prolongement « yang » de l’aikitai, l’aikiken se pratique avec un bokken (ou ken, sabre en bois), symbole de vie et de prospérité. Le ken est l’élément « ciel » de la pratique de l’aikido. Il correspond au travail et à la dynamique du regard. L’aikiken est défini comme étant la pratique la plus élevée, celle qui nous enseigne l’aspect spirituel de l’aikido. Il s’étudie par la direction des yeux conjuguée à la direction de la pointe du sabre.

En aikiken, toutes les coupes répondent à l’un de ces 3 principes :

Matsu no tachi : principe descendant, symbolisé par le pin (cho)
Ume no tachi : principe ascendant, symbolisé par le prunier (bai)
Take no tachi : alliance et rencontre des deux principes précédents, symbolisé par le bambou (chiku)
Le travail s’organise sous formes de kihon avec un partenaire et d’enchainements à 2, 3 ou 4 attaquants.

Il existe aussi une pratique du ken avec un partenaire sans arme, appelée ken-dori.